Entreprise libérée et autonomie

Connaissez-vous l’histoire de Favi ? En voici un tout petit aperçu. Il était une fois…

« Une femme de ménage commerciale…

Au début de nos contacts avec Fiat, un ingénieur qualité devait venir nous auditer. Nous avions convenu d’aller le chercher à Roissy dans l’après-midi, veille de sa visite. Il devait nous confirmer l’heure d’arrivée de son avion, chose qui ne fut pas faite, et j’attendais jusqu’à 19 heures de ses nouvelles.

N’en ayant pas, j’abandonnais la veille, et, le lendemain matin vers 8h30 vis arriver cet ingénieur parlant le français qui me raconta que son avion ayant pris du retard, il s’était posé à Roissy à 20h30 et à tout hasard avait appelé l’usine. Une voix féminine avait répondu en lui demandant où il était et où on pouvait le retrouver. Il avait donc fixé à cette voix un point de rendez-vous à Roissy et vit arriver 1h30 plus tard une dame qu’il me décrivit comme quelqu’un de très sympathique, courtois mais visiblement pas au courant du tout de sa visite.

Je menais une rapide enquête pour découvrir qu’en fait, c’était Christine la femme de ménage qui, en nettoyant les bureaux, avait entendu le téléphone sonner, avait naturellement décroché, répondu à la personne, et pris en charge le problème en prenant les papiers et les clés d’une voiture de société librement disponible au standard.

Christine s’était comportée de façon tout à fait « holomorphe ». Elle n’était plus femme de ménage, elle était Favi et donc avait « pris le ballon ».

Remarque : la chose a été possible bien sûr grâce aux conditions immatérielles et morales de responsabilisation de chacun mises en place, mais aussi grâce à une condition matérielle aussi simple que la libre disponibilité des véhicules de société.

C’est là une des forces de notre système : sa cohérence entre les mesures immatérielles et matérielles… »

(In «  La belle histoire de Favi, Editions Humanisme et Organisations »)

« Ah, si tout cela pouvait être si simple, cela se saurait ! » me direz-vous.

Beaucoup d’entre nous pensent que, pour que l’entreprise libérée advienne, le changement devra venir du haut sous forme de projet d’entreprise,  que les managers devront réinventer le management (et se réinventer par la même occasion) et que dans le meilleur des cas, pour la plupart d’entre nous,  il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre.

Pourtant, l’entreprise libérée nécessite deux autres ingrédients fondamentaux : la responsabilisation de chacun et de l’agilité.

Bonne nouvelle,  nous pouvons dès à présent commencer, chacun,  à développer nos savoir-faire en la matière, en attendant des initiatives plus larges au niveau de l’entreprise.

  • Nous sommes souvent demandeurs officiellement de plus d’autonomie et de responsabilité, n’ayant pas conscience qu’on peut en être le déclencheur.

  • L’agilité consiste ici à faire des petits pas pour développer son autonomie : essayer des choses, apprendre de leur mise en place et peaufiner la prochaine tentative.

Le premier petit pas vers ces entreprises libérées, c’est donc que nous prenions conscience chacun que nous sommes tous acteurs de ce changement.

Concrètement, qu’allez-vous faire ? Quel est votre premier petit pas ?

#initiative

#enterprise

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
No tags yet.
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Contact us

 

N.E.W.S.® Coaching and Training Sarl

13, Chemin des Chênes
1009 Pully
Switzerland

 info@newsnavigation.com

Tel:  +41 21 534 63 54

© N.E.W.S.® Coaching and Training Sarl. 2019

Design by DIVAL’E Graphic Design

© N.E.W.S.® Coaching and Training Sarl. 2019

Follow us

  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon